Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
afdesi.over-blog.com

Bienvenu sur le Blog de l'AFDESI - Le libre lieu d'expression des professionnels de la télévision connectée

Ateliers AFDESI - Les nouvelles interfaces utilisateurs de la télévision augmentée

Publié le 26 Septembre 2013 par AFDESI

DotScreen et NGine Networks ont présenté mercredi un panorama très complet des nouvelles interfaces utilisateurs relookées en 2013 par la plupart des fabricants, et les principales tendances du marché mondial de la télévision connectée.

Que ce soit via la télécommande, un second écran, un service OTT via un boitier dédié, une console de jeu, un portail constructeur, sur la TNT, le cable, le satellite ou l’IPTV, l’interactivité est désormais une tendance lourde pour enrichir l’expérience utilisateur. Plus naturelle, plus fluide, davantage « lean back », les nouvelles interfaces permettent désormais de naviguer aisément du mode live vidéo, au mode applicatif. On est passé du modèle des icones « froides » (un logo, une marque) à des icones « chaudes » proposant déjà des informations contextuelles et localisées. Et la taille grandissante des écrans permet d’en publier toujours plus sur ces icones !

L’Html 5 permet aujourd’hui à n’importe quel éditeur de développer rapidement et à un coût abordable, son application sur l’ensemble des plateformes. L’adaptation spécifique pour chacune des plateformes (TV, Tablettes, boitiers OTT, 2nd écran) n’est que de 10 à 20%, à partir du développement de base. Cette adaptation repose sur les fonctionnalités spécifiques à chacun des devices, écran tactile, télécommande classique, télécommande à reconnaissance vocale, joystick… Mais attention ! Si le concept de navigation du « pavé directionnel » reste un dénominateur commun, l’utilisation par exemple des touches de couleur est plutot à éviter : la télécommande de la box Evolution de SFR ne possède par exemple pas de touches de couleurs…

Dotscreen qui a déjà développé plus de 150 applications sur les différentes plateformes a révélé quelques clés de succès en fonction des différents devices. Les supports et les technologies deviennent de plus en plus performants, et le nouveau standard HbbTV (Hybrid Broadcat Broadband TV) a par exemple permis à Dotscreen de développer un nouveau portail particulièrement riche, pour Fransat en moins de 4 mois. Une dizaine d’applications a pu être portée par le Développeur sur la Google TV en moins d’une semaine. Orange avec sa nouvelle Live Box a été capable de proposer plus de 40 applications au cours des 6 derniers mois (même si l’expérience utilisateur reste encore un peu décevante…). Les consoles de jeux sont aujourd’hui largement connectées, et utilisées à plus de 50% pour du « non jeu ». Les nouvelles générations X Box One, Playstation 4 vont également permettre de jouer des applications html.

Mais la « photo » n’est pas encore complètement rose… La gamme 2013 de la plupart des constructeurs a perdu en stabilité pour les applications, par rapport à la gamme 2012, et de nouveaux ajustements sont nécessaires. Les efforts de la Smart TV Alliance (LG, Philips, Toshiba, Vestel) pour proposer un SDK (Kit de développement) commun sont loin d’avoir résolu le problème de fragmentation des plateformes, même si cette démarche « va dans le sens de l’histoire ».

Dans les autres pays, les services interactifs proposés sur les différentes plateformes sont également de plus nombreux comme le confirme Bertrand Issard, Président de NGine Network. Alors que la France était jusqu’à présent en tête des pays les plus « connectés », l’Allemagne, le Royaume Uni, la Pologne ou la Russie ont aujourd’hui une offre plus importante que la télévision française (bridée par l’IPTV…). De nouvelles offres se développent également désormais en Amérique latine.

En conclusion si les interfaces utilisateurs ont beaucoup progressé ces derniers temps, en offrant plus de contenus vidéos davantage adaptés à des écrans de télévision par rapport à d’autres supports, c’est surtout sur le référencement de leur service au sein d’une offre globale, que les éditeurs devront être attentifs. Certes il est de plus en plus aisé (à un cout très raisonnable) d’être exposé sur un écran de télévision en mode connecté avec un offre interactive sur un portail OTT. De nouvelles clés USB proposé par Roku pour environ 50 $ peuvent par exemple permettre d’accéder à des milliers d’heures de programmes streamés, voire de diffuser une « vraie » chaine ; le service Zattoo en Suisse qui reprend le signal Live de chaines diffusées par satellite, pourrait mieux faire aujourd’hui que n’importe quel opérateur multi chaines, en enrichissant le service avec des « chaines web »,. Dans cette « jungle des contenus », le succès revient aux premiers entrants… Il est entendu que la prochaine étape va être la généralisation de moteurs de recherche, comme il a été montré par exemple avec la nouvelle télécommande de LG, à reconnaissance vocale. A condition toutefois que les méta données soient bien renseignées…

La télévision plus belle, plus puissante avec des contenus de plus en plus riches, c’est aujourd’hui une réalité. La tendance du moment est le pilotage des applications via un écran déporté. Mais avec les nouveaux outils (wheel, pointeur, reconnaissance vocale…), la télécommande n’est désormais plus un frein à l’interactivité.

Le prochain atelier de l’AFDESI aura lieu le mercredi 30 octobre, avec pour thème « la synchronisation 2nd écran/télévision ».

Ateliers AFDESI - Les nouvelles interfaces utilisateurs de la télévision augmentée
commentaires

La France veut mettre un grand coup de frein sur les nouvelles technologies !

Publié le 10 Septembre 2013 par AFDESI

Re discuté au Sénat dans les jours prochains, le projet de loi sur la consommation proposé par Benoit Hamon part d’un bon sentiment puisqu’il a pour objet de « créer de nouveaux outils de régulation économique pour rééquilibrer les pouvoirs entre consommateurs et professionnels, rétablir une forme d'égalité des armes entre les acteurs économiques et agir sur les dépenses contraintes des Français pour libérer du revenu disponible ». Toutefois l’article 72 quater (nouveau) du projet de loi tel qu’il a été adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale pourrait avoir un préjudice considérable, en particulier pour le secteur de la télévision interactive que l’AFDESI représente.

D’une part, cet article remet en cause la notion de gratuité des jeux, en considérant que si un jeu nécessite un sacrifice financier, aussi minime soit-il, il ne peut plus être considéré comme gratuit, même si le remboursement intégral est proposé. Or, un sacrifice financier intervient systématiquement dans la participation à quelque jeu que ce soit (timbre, papier, téléphone, abonnement internet, redevance audiovisuelle, acquisition d’un récepteur interactif...).

D’autre part, il redéfinit la notion de jeu de hasard ; jusqu'à présent, la part du hasard devait être majoritaire pour qu’un jeu soit qualifié de jeu de hasard. Avec le nouvel article 72 quater, une intervention même partielle du hasard requalifierait de-facto un jeu en jeu de hasard. Or, le hasard intervient systématiquement, même de façon minime, dans tous types de jeu (tirage au sort pour savoir qui commence, météo, tirage au sort pour déterminer les adversaires ...).

Ainsi, si la Haute Assemblée adoptait l’article 72 quater en l’état, les conséquences immédiates seraient les suivantes :

  • Tous les jeux, tous les concours et toutes les compétitions seraient considérés comme des jeux de hasard ;
  • Tous les jeux, tous les concours et toutes les compétitions seraient considérés comme des jeux payants ;
  • Par voie de conséquence, tout jeu, concours ou compétition proposant une espérance de gain (matériel ou immatériel) deviendrait une loterie illicite.

Si cette situation venait à se produire, les revenus des chaines de télévision et des services interactifs indépendants baisseraient de façon très significative, puisque toute une série de jeux préalablement autorisés en télévision (mais également sur Internet ou dans la presse), seraient requalifiés en loteries interdites.

Plus préoccupant encore, n’échapperaient à cette interdiction que certains jeux TV et radio, jouables par SMS et audiotel ! A l’ère de l’interactivité via le second écran, tablettes mobiles, jeux par internet, et autres nouvelles technologies, ne se moque t’on pas de tous les progrès de la R&D française qui font aujourd’hui la compétitivité de notre pays à l’international ?.... Y a plus qu’à relancer « Hugo Délire » !

commentaires

Il faudra qu’on m’explique… !

Publié le 3 Septembre 2013 par Mme Michu

Il faudra qu’on m’explique… !

Qui n’a jamais entendu parler de l’importance de « l’interface Homme Machine », un sujet si souvent développé dans de multiples conférences et séminaires, et très « à la mode » dans les discours commerciaux. Cependant si l’on fait fi des prouesses techniques développées par les ingénieurs, développeurs, designers, intégrateurs… pour proposer des services, soit disant les plus simples possibles, pour « favoriser l’expérience utilisateur », j’aimerai bien qu’on m’explique pourquoi la flèche « bas » du pavé directionnel de la télécommande de ma nouvelle Box Evolution de SFR, me permet de remonter le numéro des chaines, alors que la flèche « haut » me permet d’accéder à la chaine précédente… ? Dommage, car il est plutôt bien cette nouvelle interface de SFR !

commentaires

La télévision hybride donne accès à des milliers d’heures de programmes

Publié le 2 Septembre 2013 par Jean Dacié

Accéder à des dizaines d'applications pratiques, ludiques ou sociales sur sa télévision connectée est déjà possible depuis maintenant presque deux ans, et les télénautes découvrent progressivement ces possibilités avec leurs télécommandes. Cette consommation reste toutefois encore très en deçà de l'utilisation des mobiles et autres tablettes, car l’offre est encore peu structurée.

Et si la « killer application » de la télévision interactive était la télévision ou plutôt les programmes de télévision eux-mêmes ?

Accessible en France depuis le portail des opérateurs, la télévision de rattrapage commence à connaître un succès certain, mais on est vite frustré par la limite des catalogues, résultat des négociations souvent compliquées entre les fournisseurs de contenus et les opérateurs. Alors imaginons des chaînes qui donneraient accès à leur catalogue, directement depuis leur antenne, sans avoir à passer par un opérateur…

C’est ce que permet aujourd’hui la télévision hybride avec la nouvelle norme HbbTV. Et pour donner un ordre d’idée, c’est plus de 70 000 de programmes délinéarisés qui sont disponibles par exemple depuis l’antenne de la Télévision Tchèque (voir article).

En France les communications autour de l’offre HbbTV des chaînes restent encore timides mais on peut espérer qu’elles seront bientôt élargies au grand public. On estime que plus d’une centaine d’heures de programmes « frais » est disponible chaque jour depuis l’antenne des principales chaînes de la TNT, soient déjà plus de 1000 heures quotidiennes de programmes accessibles pour le téléspectateur de la TNT… en plus de l’offre linéaire diffusée !

Pourra t’on continuer à dire longtemps qu « il n’y a rien ce soir à la télévision… ? »

commentaires

70 000 heures de programmes pour la télévision Tchèque

Publié le 2 Septembre 2013 par Jean Dacié

commentaires