Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
afdesi.over-blog.com

Bienvenu sur le Blog de l'AFDESI - Le libre lieu d'expression des professionnels de la télévision connectée

SYNC lève 2 millions d'Euros pour financer son développement

Publié le 28 Septembre 2016 par AFDESI

La start up française SYNC a levé, auprès des fonds d’investissement IDINVEST PARTNERS et ENTREPRENEUR VENTURE, 2M€ pour développer Sync2AD, sa technologie de synchronisation publicitaire sur mobile.

SYNC annonce également l’obtention du brevet pour cette solution innovante dont l’inventeur est le co-fondateur de SYNC, Laurant Weill, serial entrepreneur du digital.
Sync2AD est la nouvelle technologie de rebond de la publicité sur mobile. Sync2AD est capable de reconnaitre un son et d’afficher instantanément en transparence sur mobile, tablette, web, une publicité, un sondage, un jeu, de l’information. Tout cela en moins d’une seconde, ce qu’aucune solution ne permettait à ce jour.

Technologie unique, Sync2AD permet d’enrichir le message publicitaire TV et radio, sur le second écran, en offrant une synchronisation réelle, individualisée et un affichage riche, personnalisé, qui dépasse les limites de la publicité digitale grâce à un système de pré-chargement dynamique des créations.

Avec cette première levée, SYNC souhaite développer la version programmatique de Sync2AD, déjà plébiscitée par plus de 25 grands annonceurs : Gillette, Canal+, Renault, Nissan, Leclerc, Babyliss, Kiabi, 30M d'amis, Unilever, Dunlop…

Sync2AD enrichit les communications des annonceurs pour des campagnes efficientes, ciblées et mesurées. Ce nouveau format permet aux marques d’engager les consommateurs aux moments où ils sont disponibles et désirent interagir. Il amplifie et rend interactives leurs campagnes TV, enregistrant un taux de clic moyen de 15-20%, un taux de recherche sur la marque de +25 à 50% et un taux de conversion : +50% à 84%. Pour les éditeurs, c’est du revenu additionnel grâce à une solution innovante et premium, qui a déjà été déployée dans plus de 50 millions d’applications en France.

commentaires

Très haut débit : la France dans le peloton de queue européen

Publié le 7 Juillet 2016 par ZDNet.fr

Organisées par Aromates, les dixièmes Assises du Très Haut débit proposaient un point sur le déploiement en France et en Europe.

Certes la couverture avance plutôt bien mais les choix stratégiques de certains de nos voisins leur ont permis d'aller bien plus vite. Pour le moment du moins. C'est l'éternel débat du verre à moitié plein contre le verre à moitié vide.

Qu'en est-il de la position de la France dans la France du très haut débit, c'est à dire de la couverture donnant accès à des offres à 30 Mb/s et plus?

Les tenants de l'optimisme, comme Antoine Darodes, patron de l'agence du numérique et ancien responsable de la mission THD, mettent en avant les succès du plan très haut débit entamé il y a maintenant 10 ans. "C'est un pari en passe d'être réussi même si le plan est perfectible, ce n'est pas un plan clivant, partisan. C'est un plan qui exploite le mix technologique pour amener le très haut débit au plus vite à tous les Français", a-t-il déclaré lors des 10e Assises du Très Haut Débit à Paris, ce mercredi. Et les chiffres bruts démontrent en effet une croissance soutenue : à fin mars, on comptait 5,97 millions de logements raccordés dont 850.000 à travers les RIP pour 1,5 million d'abonnés (+53% en un an), soit une pénétration de 27% contre 13% en 2011.

Pour autant, ces chiffres cachent des disparités. En zone moins denses, le constat est largement moins favorable avec 1,5 million de prises alors que l'objectif pour 2020 est de 13,7 millions. Pour y parvenir, le nombre de raccordements devra être multiplié par 9 en 5 ans, ce qui paraît impossible. La fibre dans les campagnes reste une question sensible d'où la volonté d'y déployer des technologies de "transition" comme le VDSL ou le satellite. Ce qui n'enchante guère les élus.

La France classée 26e en matière de couverture THD

Dans une perspective européenne, le tableau n'est pas favorable non plus. Toujours lors des Assises, Dominique Meunier, directeur du pôle Télécoms au sein de l'Idate livre les chiffres qui font mal.

"Seuls 6 pays sont en dessous de la moyenne européenne de la couverture en 30 Mb/s et plus, la France en fait partie avec la Slovaquie, la Pologne, la Croatie, l'Italie et la Grèce. Concrètement, la France se classe 26e avec 54% de couverture et l'écart reste constant avec l'Europe". L'Angleterre est ainsi 9e avec une couverture de 92% et l'Allemagne 13e avec 82%.

En matière de 100 Mb/s et plus, la situation n'est guère meilleure. "La moyenne de couverture dans les 28 pays de l'UE est de 48,7%, la France fait partie du Top 5 le plus faible avec 38%", ajoute l'expert.

Pourquoi ce retard? "Il est résulte du choix ambitieux de la France de se concentrer sur la technologie fibre alors que de nombreux autres pays européens ont mis l'accent sur des évolutions du cuivre (VDSL) comme la Belgique ou l'Angleterre ou du câble (Docsis 3.0)", commente Dominique Meunier, manière de dire que le choix français finira par payer, notamment en terme de couverture à plus de 100 Mb/s.

La forte empreinte du DSL en France est également mise en avant pour expliquer les retards à l'allumage. Si l'idée de l'extinction nationale du cuivre n'est plus à l'ordre du jour, l'Arcep, le régulateur entend bien rendre le DSL moins attractif auprès des opérateurs pour les inciter à plus investir dans la fibre. Aujourd'hui, l'Arcep met en consultation publique un modèle basé sur la modulation géographique du tarif du dégroupage toujours dans le but d'accélérer la transition ADSL vers FTTH.

Il s'agirait d'adapter le prix du dégroupage total payé par les opérateurs alternatifs à Orange en fonction de la zone géographique et de sa couverture fibre. Une approche qui ne convainc pas tous le marché mais qui aurait le mérite de clairement organiser les priorités.

Source IDATE

Source IDATE

commentaires

NPO développe ses services interactifs HbbTV

Publié le 5 Juillet 2016 par Jean Dacié

La chaine publique néerlandaise, NPO a annoncé qu'elle allait développer son offre de services interactifs en s'appuyant sur la norme européenne HbbTV. Pour le moment l'offre se concentre autour de NPO Gemist (TV de rattrapage), et NPO Plus (info et vidéo). L'offre va s'enrichir avec davantage de services de TV de rattrapage et l'équivalent du (feu) service Salto qui permet de profiter à tout moment du visionnage d'un programme à son début.

commentaires

RIP (Rest In Peace) - Les services HbbTV de FranceTélévisions

Publié le 1 Juillet 2016 par Jean Dacié

Dire que les téléspectateurs avaient eu juste le temps de les apprécier...

RIP (Rest In Peace) - Les services HbbTV de FranceTélévisions
commentaires

Delphine Ernotte veut elle tuer la TNT ?

Publié le 21 Juin 2016 par Jean Dacié

Au moment où le Gouvernement dépose une demande au CSA pour une fréquence TNT pour une chaine d’information publique, et après l’annonce de Delphine Ernotte que France Télévisions abandonnait ses services de télévision connectée, en particulier les services qui sont accessibles directement depuis les chaines du Groupe, grâce à la norme HbbTV (hbbtv.org), l’Association des professionnels de la télévision interactive (AFDESI), se demande si au final France Télévisions ne veut pas « tuer » la TNT en la dépouillant de toutes les innovations qui ont été mises en place.

L’AFDESI a toutes les raisons de penser que Delphine Ernotte cherche à gagner de la capacité en bande passante en abandonnant les services interactifs diffusés par le Groupe. En effet, le

maintien de France O en Simple Définition (SD) ne suffira certainement pas à lui seul, à faire « rentrer » la nouvelle chaine d’informations sur le multiplex R1.

« Loin de nous l’idée que France Télévisions préfère diffuser une nouvelle chaine linéaire, comme il y en a déjà tant, plutôt que de favoriser des services connectés non linéaires*, comme toutes les chaines publiques (et privées) le font déjà en Europe sur la TNT pour en moderniser les usages.

* : qui sont d’ailleurs très appréciés par les téléspectateurs de France Télévisions et qui contribuent au rayonnement technologique de la France à l’étranger.

France Télévisions a été un des acteurs moteur du développement d’une technologie qui permet aujourd’hui de rendre la TNT connectée, et de pouvoir proposer, directement depuis l’antenne, autant de services qu’on pourrait en voir sur d’autres réseaux. Ce revirement, outre le fait qu’il appauvrit considérablement les commandes de la plupart des développeurs qui travaillent depuis plusieurs années pour construire une nouvelle offre de services, pourrait aussi sonner le glas de la TNT connectée, et donc de son avenir, même si les autres chaines de la TNT maintiennent leurs services» s’inquiètent Boris Martin, Gilles Feingold et Jean Dacié, pour le Bureau de l’AFDESI.

L’AFDESI ne veut avoir aucune position sur une nouvelle chaine d’information dans le paysage de la TNT. Sauf si elle se fait au détriment d’une TNT qui devrait répondre aux nouvelles attentes des téléspectateurs pour une télévision « de services » qu’ils iront sinon trouver sur d’autres réseaux que celui de la TNT. Et si la TNT continue de perdre des parts de marché au profit d’autres modèles connectés comme l’IPTV ou l’OTT (qui compte déjà de nombreux acteurs étrangers), toutes les démarches qui ont contribué à réguler le secteur de l’audiovisuel depuis de nombreuses années pour favoriser la qualité et la diversité, n’auront plus d’assise, puisque ces nouveaux réseaux de télévision ne sont pas contrôlés…

commentaires

Revision de la Directive SMA

Publié le 15 Juin 2016 par Jean Dacié

Quel est l’actuel champ d’application de la Directive Services de médias audiovisuels et quelles sont les modifications qui viennent d’être annoncées par la Commission européenne ?

L'Observatoire Européen de l'Audiovisuel répond à toutes ces questions dans une nouvelle publication à lire absolument!

commentaires

Yes or No: le pari entre amis

Publié le 15 Juin 2016 par AFDESI

Cette application avait été présentée lors d'un atelier AFDESI sur la gamification des programmes. Elle est désormais disponible sur App Store et Google Play.

commentaires

Lancement du CSA Lab

Publié le 14 Juin 2016 par Jean Dacié

Olivier Schrameck, président du Conseil supérieur de l’audiovisuel, a lancé ce jour le CSA lab, comité de réflexion prospective coprésidé par Nathalie Sonnac et Nicolas Curien, membres du Conseil. Sept experts composent à leurs côtés ce laboratoire d’idées sur l’audiovisuel et le numérique : Maya Bacache-Beauvallet, Yann Bonnet, Olivier Henrard, Pascale Idoux, Winston Maxwell, Francesca Musiani et Marc Tessier.

Le CSA lab constitue une « instance de réflexion permettant d’examiner les transitions engendrées par la transformation numérique dans le secteur de l’audiovisuel », comme l’a défini Nicolas Curien, président du groupe de travail « Services audiovisuels numériques, distribution, accessibilité et prospective » lors de la conférence de presse de lancement. L’idée est d’accompagner le CSA dans un environnement en perpétuelle évolution où les outils de régulation actuels doivent être évalués et adaptés.

Il apparaît aujourd’hui « nécessaire de réfléchir à la nécessité de nouveaux outils de mesure, de comprendre la place des nouveaux acteurs dans la chaîne de valeur et de leur donner un rôle dans la circulation des œuvres », a poursuivi Nathalie Sonnac, présidente du groupe de travail « Économie de l’audiovisuel et affaires européennes ».

« Entre la régulation des années 80 qui a donné corps aux textes qui régissent actuellement le CSA et celle que nous avons à imaginer dans le monde numérique d’aujourd’hui et de demain, il y a une évolution conceptuelle à apprécier et à mettre en œuvre : c’est là la clef de la communication audiovisuelle de demain », a conclu Olivier Schrameck.

Concrètement les travaux vont se structurer dans un premier temps autour de 3 sujets :

  • Economie du secteur et des nouveaux acteurs
  • Qualification juridique des nouveaux acteurs
  • Rôle des données et des algorithmes

Ce dernier sujet étant au cœur des activités de bon nombre de membres de l’AFDESI.

Lancement du CSA Lab
commentaires

L'Italie adopte HbbTV

Publié le 13 Juin 2016 par AFDESI

commentaires

Chromecast continue de dépasser l'Apple TV

Publié le 13 Juin 2016 par AFDESI

Un nouveau rapport de IHS Technology montre que la base installée de devices connectés représente désormais près de 4 appareils par foyer aux Etats Unis. Dans le même temps, la clé Chromecast continue de progresser à 3,2 millions d'unités contre 1,7 millions d'Apple TV.

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>